Maison bioclimatique : comment optimiser la ventilation ?

Quelques notions de base sur la ventilation

Pour faire court, la ventilation sert avant tout à éliminer l’air vicié, intérieur, par un air plus sain, extérieur. N’avez vous jamais eu le sentiment d’être dans une pièce qui sentait le renfermé ? Les pollutions intérieures sont multiples : les équipements ménagers, les systèmes de chauffage, les activités humaines mais aussi certains matériaux et même vos plantes sont génératrices, de poussières, d’humidité, et autres particules plus ou moins polluantes qu’il est nécessaire d’évacuer régulièrement afin de conserver un environnement sain.

Les systèmes de ventilation communs

La façon la plus simple et immédiate de renouveler l’air d’une pièce est encore d’ouvrir la fenêtre. Cependant, cette solution viendrait en totale contradiction à la recherche d’une maison bioclimatique du fait des pertes de chaleur. D’autres systèmes existent consistant à tirer l’air vicié par les pièces les plus polluées (salle de bains, cuisine, buanderie), et apporter l’air neuf par les pièces principales. La Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) simple flux ou double flux, la Ventilation Mécanique Répartie (VMR), ou la Ventilation Mécanique par Insufflation (VMI), fonctionnent toutes de cette façon (chacune de manière différente). Néanmoins, ces systèmes mécaniques, souvent onéreux à installer et dans leur fonctionnement ne sont pas forcément performants du fait de la non souplesse de leur installation. Avoir une ventilation adaptée nécessiterait un système sur mesure. Hors certains systèmes ne sont pas aptes à s’adapter à une option bioclimatique.

Vers une ventilation écologique

Comme pour la plupart des questions énergétiques, la réponse bioclimatique revient à penser de manière globale et d’identifier les problèmes à la source. Il en va de même pour la ventilation. Plutôt que d’ajouter des systèmes d’appoint, il vaut mieux adopter une logique et des réflexes intelligents dans l’utilisation de la maison en limitant les pollutions et donc le besoin de renouvellement d’air. Si une réflexion sur les déperditions thermiques, la répartition calorique, certaines options bioclimatiques tels qu’une serre, un mur capteur ou un puits canadien, sont déjà adoptées (propre à chaque projet, il ne s’agit pas de cumuler les solutions si celles-ci ne sont pas adaptées à votre maison), alors la question de la ventilation viendra de paire compléter la maison dans son autonomie de fonctionnement.

Maison bioclimatique : comment optimiser la ventilation

Quelques solutions simples à mettre en place pour réduire les pollutions ou faciliter le renouvellement de l’air : - regrouper les pièces sujettes aux pollutions (pièces techniques et humides) - éviter les entrées d’air à proximité des sources extérieures de pollution forte (route, garage, locaux…) - éviter de fumer à l’intérieur - porter une attention sur le fonctionnement des appareils électroménagers - porter une attention sur les produits d’entretien - préférer une ventilation de nuit.

Il est tout à fait envisageable de prévoir un système mécanique de ventilation, mais dans l’idéal celui-ci ne doit pas remplacer une conception logique de la maison qui, en théorie doit être capable de s’affranchir de ces installations. La ventilation mécanique doit alors s’apparenter à une option ponctuelle et si possible sur mesure.

Inscrivez-vous

Découvrez en exclusivité nos
1986 plans et tous les modèles 3D de nos maisons !