Un ensemble de techniques permet la protection thermique de votre logement, l’isolant des conditions extérieures et conservant une température idéale au sein de l’habitat. L’une des problématiques du parc immobilier résidentiel actuel est la déperdition importante de chaleur à cause d’une mauvaise isolation. Deux tiers des logements ont été construits avant 1974 et ne répondent de ce fait pas aux normes thermiques actuelles, rapporte l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Les priorités gouvernementales sont en effet à la neutralité carbone, stimulées par la loi de transition énergétique votée en 2019, qui inclut une diminution de moitié des émissions de gaz à effet de serre du secteur du bâtiment d’ici 2030, motivant le gouvernement à investir massivement et à proposer des solutions pour renforcer l’efficacité isolatrice des logements. Une bonne isolation est donc un enjeu capital de votre logis, et malgré un investissement parfois conséquent, ces travaux sont nécessaires et sont rapidement rentables. Ce sont des rénovations prioritaires, ne serait-ce que pour votre confort, qui peuvent revêtir plusieurs formes que nous allons présenter dans l’article suivant.

L’isolation du plafond et des planchers

 

Pour commencer, nous pouvons aborder l’isolation thermique du plafond, cas de figure dans lequel l’isolant dépend du type de plafond. S’il s’agit d’un plafond suspendu, également appelé faux-plafond, on comble le vide entre le plafond et le faux-plafond par un isolant mince ou plusieurs couches d’isolants épais collées au plafond, pareil aux techniques utilisées pour le sarking de la toiture. Si votre plafond est collé ou tendu,  on applique une couche d’isolant mince sur le plafond existant et on la recouvre avec un revêtement décoratif ou une toile en PVC thermo-extensible. Dans la même idée, détaillons l’isolation des planchers bas, une méthode d’isolation qui dépend ici de la structure de la construction. Si vous vivez sur terre-plein, vous n’aurez besoin que d’une installation d’une dalle simple, d’un double dallage désolidarisé, d’un plancher à entrevous ou d’une isolation périphérique allant jusqu’aux fondations. Pour un terrain doué d’un vide sanitaire, on place une dalle flottante, une dalle simple ou un plancher en béton en-dessous du sol de l’habitation, au dessus du vide sanitaire. 

Demander une Estimation Personnalisée

 

Finalement si votre plancher bas fait figure de plafond pour une pièce non chauffée, comme une cave ou un garage situé en-dessous, vous devrez installer des plaques isolantes directement sur le plafond
Un autre cas de figure particulier est celui de la terrasse. Vous pouvez opter pour l’originale solution de la terrasse végétalisée, également disponible pour toiture. Interceptant les radiations solaires, la végétation permettent de limiter l’emploi de la climatisation lors d’un climat chaud, et retient la chaleur en climat froid. Malgré son coût de départ plus élevé qu’un toit normal, notamment à cause de la rareté du procédé et le nombre restreint d’offres, nombreux sont ses avantages, au premier rang desquels on retrouve sa longévité. Pour d’autres structures de terrasses vous pourriez opter pour la simple pose d’une couche étanche recouverte d’un isolant.

Demander une Estimation Personnalisée

Isolation des murs

 

L’Ademe estime à 20% minimum la potentielle part que prend la mauvaise isolation des murs dans les déperditions thermiques. N’oubliez pas que le chauffage reste le principal poste de dépense des ménages, la bonne isolation des murs, intérieure ou extérieure, est donc capitale. En effet leur isolation peut prendre plusieurs formes. L’isolation thermique par l’intérieur consiste à installer des panneaux isolants ornés de parements extérieurs ou possiblement de matériaux enfermés dans des coffrages. L’isolation extérieure, elle, se fait par l’installation d’un isolant installé dans une ossature en bois, puis fixé au mur et recouvert de lames, c’est la technique dit du bardage. Autrement l’isolant peut être  sous enduit, c’est-à-dire fixé sur la façade et recouvert d’une ou de deux couches d’enduit. Finalement l’isolement peut-être sous vêture, il s’agit de panneaux comprenant isolant et parements qui sont fixés sur le mur extérieur.

Demander une Estimation Personnalisée
isolation combles

L’isolation des combles

 

Nombreuses sont les potentielles sources de pertes de chaleur que recèle votre logement, au premier rang desquelles on retrouve les combles et la toiture qui peuvent être responsable de 30% des déperditions thermiques. Puisque la chaleur monte, l’isolation des combles est dès lors une priorité absolue dans l’entreprise de rénovation isolatrice, d’autant plus qu’elle est l’opération la plus rentable. Au prix moyen de 53€ le mètre carré, lié aux capacités isolatrices de ces travaux, il faut environ 5 ans pour rentabiliser ces travaux. Il s’agit donc d’une rentabilité à court terme, qui s’ajoute aux économies non négligeables de 30% sur votre facture d’énergie. Pour des travaux d’isolation de vos combles, vous devez d’abord trancher si vous avez la possibilité ou la volonté d’aménager vos combles en un espace habitable supplémentaire. Bien sûr certains types de combles, dits combles perdus, sont impossibles à vivre dans le mesure où leur hauteur sous plafond n’est pas assez spacieuse. Si vous souhaitez aménager vos combles en espace habitable, vous devez opter pour une isolation directement sous les pans intérieur de la toiture, de façon à ne pas encombrer l’espace disponible. L’isolant est appliqué en rouleaux ou en plaques. Au contraire si vous disposez de combles perdus, il est peut-être plus judicieux de choisir pour un isolant disposé en vrac, sous forme de flocons, pour optimiser l’isolation de l’espace que vous n’utiliserez de toute façon pas. L’isolant est essentiel évidemment, et pour les combles vous aurez besoin de 30 à 40 centimètres d’épaisseur selon le matériau choisi. Il en existe de plusieurs sortes dont les plus courants sont la laine de bois et de verre. Cette dernière équipe plus de 75% des foyers : fusion de sable et de verre recyclé, elle allie efficacité et prix avantageux. 

Demander une Estimation Personnalisée

 

Pour vos toitures, une des solutions les mieux adaptées peut aussi être la laine de roche. Le chanvre se distingue aussi par sa très faible conductivité thermique, c’est-à-dire sa capacité à véhiculer la chaleur. De bons isolants se caractérisent par une faible conductivité et une large épaisseur, optimisant la résistance thermique du logement. Pour des combles qui ne sont pas destinées à être un espace de vie, la ouate de cellulose est une solution très écologique puisqu’elle est composée à 85% de papiers journaux recyclés et traités. Son inertie thermique est particulièrement bonne, vous protégeant du froid hivernal comme de la chaleur estivale. Toujours dans le rayon des solutions particulièrement écologiques, la laine de textiles recyclés est un alliage de coton et textile synthétique pour assurer une bonne isolation de vos combles. Il existe encore d’autres matériaux comme la laine de mouton, ou encore certaines solutions écologiques prometteuses en développement comme l’isolation par la paille de tournesol ou à base de maïs. Il n’est pas rare que les matériaux bio-sourcés, plus écologiques, comme la ouate de cellulose, la fibre de bois ou de textile, soient également des solutions plus économiques et tout à fait performantes. Elles sont donc des solutions plus qu’envisageables.

Demander une Estimation Personnalisée

L’isolation par l’extérieur

 

L’isolation par l’extérieur peut être conçue comme une priorité car elle permet une isolation efficace ainsi qu’un ravalement. Elle consiste à isoler la face externe des murs par l’intermédiaire d’un isolant thermique et la pose d’un enduit ou d’un revêtement de finition. Elle s’oppose à l’isolation thermique par l’intérieur, qui a pour externalité négative d’empiéter sur votre espace de vie. L’isolation thermique par l’extérieur peut se suffire à elle-même pour respecter les normes en vigueur, mais peut aussi être envisagée comme un complément d’une isolation interne, pour rendre votre maison impénétrable. Les travaux ainsi réalisés par une isolation extérieure vont éliminer les ponts thermiques, c’est-à-dire les endroits isolants défaillants de votre habitat, là où la chaleur s’échappe plus facilement. L’isolation extérieure a une continuité de l’isolant parfaite, ce qui permet de traiter une grande partie des ponts thermiques et ainsi limiter profondément la condensation. 

Demander une Estimation Personnalisée

 

De plus les murs conservent une parfaite inertie, leur résistance initiale. Comme on le disait, elle a cet avantage de ne pas empiéter sur la surface habitable de votre logement contrairement à d’autres types d’isolation, comme celle de la toiture qui peut parfois requérir un isolant, gourmand en mètres carré. Les murs sont ravalés, remis à neuf de haut en bas, et s’en trouvent mieux protégés des aléas climatiques. Tout aussi efficace que l’isolation par l’intérieur, elle présente cependant quelques défauts. Elle est plus chère que la technique d’isolation intérieure, car elle nécessite de changer tous les ponts thermiques, les endroits de discontinuité ou d’absence d’isolation performante. Dès lors vous devrez peut-être prendre en compte un remplacement des linteaux des portes et/ou fenêtres, de la menuiserie des fenêtres, les jonctions entre les murs et le toit et entre les murs et les planchers, ou d’intégrer les descentes de gouttière, entre autres. Et même de la sorte, certains ponts thermiques peuvent subsister au niveau des balcons ou des ouvertures extérieures. Finalement vous ne devez pas oublier que ces travaux impliquent un changement extérieur du bâtiment, ce qui implique que vous devez vous doter d’un permis de construire ou d’une déclaration préalable de travaux.

Demander une Estimation Personnalisée

Le choix des matériaux d’isolation thermique

 

Il existe donc nombre de travaux que vous pouvez entreprendre sur des parties très diverses de votre maison, le tout pour en faire un cocon impénétrable ce qui réduira significativement votre impact écologique. Pour venir à bien de votre isolation thermique, il vous faudra passer par l’étape du choix des isolants. Vous aure la possibilité de trancher parmi plusieurs catégories : les isolants minéraux, les isolants synthétiques, les isolants naturels d’origine végétale ou animale, les isolants thermo-réflecteurs ou finalement les isolants dits de nouvelle génération. Certains sont plus adaptés que d’autres pour certaines parties de la maison, comme la ouate de cellulose qui est un choix sûr pour les combles. Si vous le pouvez, privilégiez les isolants naturels biosourcés dont l’impact écologique est moindre et le rapport qualité-prix excellent (bois, chanvre, laine de mouton…). 

Demander une Estimation Personnalisée

Enfin, vous devez aussi prêter une attention particulière aux trous d’air que votre logement peut cacher, comme les seuils de portes ou les vitres. Pour éviter une déperdition thermique à ce niveau-là, un double vitrage peut être un investissement intéressant s’il réduit conséquemment votre facture d’énergie. C’est justement l’intérêt, sur une durée relativement courte l’investissement est rentabilisé par les réductions sur les factures d’énergie que vous réalisez. L’avantage est double quand on réalise la drastique baisse d’émissions de gaz à effet de serre et de gaspillage énergétique que vos rénovations thermiques vont permettre.