L’isolation thermique est un incontournable du bien-être chez soi. Une maison bien isolée est plus facile à chauffer en hiver et reste plus fraîche en été. Faire une isolation de son appartement ou de sa maison est indispensable pour bien d’autres raisons que nous évoquons plus loin. Par où commencer pour isoler son logement ? A qui s’adresser ? Quelles sont les aides ? Notre guide complet, à suivre.

L’isolation thermique : quels sont ses avantages ?

 

Plus personne ne peut dire qu’il ne sait pas ce qu’est l’isolation thermique puisque l’on en entend parler de plus en plus. La raison ? Eviter les déperditions de chaleur d’un logement mal isolé pour réduire la consommation de chauffage. Moins consommer est certes économique pour les ménages mais c’est aussi un moyen efficace de réduire notre empreinte carbone.

Quelle que soit la source d’énergie que vous utilisez, vous réduirez certainement votre consommation grâce à une bonne isolation thermique. Bien entendu, il vaut mieux privilégier les énergies renouvelables, mais si ce n’est pas encore votre cas, c’est une raison de plus pour bien isoler votre logement.

Estimez votre projet

Une bonne isolation thermique, c’est donc :

  • un logement plus facile à chauffer rapidement (si l’on doit changer de chauffage, on le fera après avoir bien isolé pour ne pas choisir un modèle de chauffage surdimensionné. A partir du moment où votre logement est parfaitement isolé, vous n’aurez plus besoin de chauffer autant) ;
  • un logement qui reste plus frais en été. De ce fait, par temps chaud, vous pourrez même vous passer de la climatisation et, par temps de canicule, faire tourner votre climatiseur bien moins fort. Tout ceci est bon pour la planète, mais aussi pour le budget des ménages !
  • le logement isolé est globalement plus sain et si l’on ajoute un bon système de ventilation, cette opération peut même réduire considérablement les problèmes d’humidité pouvant survenir dans un habitat construit en zone humide (exemple : bord de mer).
  • l’isolation thermique vous permet aussi d’avoir moins de détérioration dans votre maison. Cela est visible sur la durée. Par exemple, moins d’humidité dans la maison c’est moins de risques d’endommager les peintures, les papiers peints, les murs, les menuiseries, etc. Vous aurez donc moins de travaux à faire par la suite.
  • sans oublier que le logement bien isolé est aussi plus sain pour la santé. On l’oublie souvent mais un logement humide et froid peut entraîner des crises d’asthmes et d’autres problèmes de santé.

L’État a d’ailleurs mis en place un programme de financement pour aider les ménages à financer leurs travaux de rénovation énergétique, en particulier, pour les logements qualifiés de « passoires énergétiques ».

Par où faut-il commencer pour faire isoler un logement ?

 

Il est normalement indispensable d’afficher une étiquette énergétique si l’on est sur le point de vendre son bien immobilier. L’agence immobilière vous le demandera car cela est obligatoire pour toutes les annonces. Cette étiquette affiche un score noté de A à G, le A étant réservé à une isolation parfaite du logement mais cette notation est rare. Les logements qui se situe en B ou en C, sont déjà des habitats avec une bonne performance thermique. En revanche, de D à G, G étant le pire cas de figure et le cas typique d’une passoire énergétique, l’isolation thermique est vraiment indispensable.

Si vous avez acheté votre logement à une époque où les normes n’étaient pas encore imposées, vous pourrez faire faire un diagnostic auprès d’un professionnel. Il s’agit d’un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) qui doit être établi par un artisan ou une entreprise certifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a établi une « carte » des déperditions énergétiques dues à une mauvaise isolation thermique. Cela permet de constater que l’urgence, lorsque l’on souhaite réaliser des travaux d’isolation énergétique est de commencer par la toiture. Les déperditions de chaleur sont les plus importantes par le haut de votre maison et il faudra isoler parfaitement le toit et les combles.

Estimez votre projet

Les déperditions par rapport aux différents endroits de la maison sont de l’ordre de :

  • 25 à 30 % par la toiture ;
  • 20 à 25 % par les infiltrations d’air et la ventilation ;
  • 20 à 25 % par les murs extérieurs ;
  • 10 à 15 % par les fenêtres et baies vitrées ;
  • 7 à 10 % au niveau du plancher bas ;
  • 5 à 10 % occasionnés par les ponts thermiques

(chiffres Ademe)

Si vous prévoyez de faire les travaux en plusieurs étapes pour échelonner le paiement des travaux, le mieux sera donc de commencer par la toiture. Ceci dit, si cette logique vaut pour une maison, elle n’est pas la même en appartement où vous allez plutôt commencer par isoler vos fenêtres et voir avec la copropriété quels sont les autres travaux que vous pouvez faire.

Il faudra bien sûr tout isoler au final pour avoir vraiment un très bon confort thermique dans votre habitat. De nombreuses aides financières permettent de rénover votre logement en faisant des travaux d’isolation indispensables.

A savoir : on peut parfois l’oublier mais la tuyauterie peut avoir besoin d’être isolée. C’est le cas si elle passe dans des pièces froides car l’eau chaude circulant dans les tuyaux peut perdre une bonne quantité de valeur calorique lorsque la tuyauterie n’est pas isolée.

Estimez votre projet

Isolation des murs : ITE ou ITI ?

 

L’isolation thermique des murs est souvent l’objet d’une grande réflexion. Faut-il privilégier une isolation thermique par l’intérieur (ITI) ou par l’extérieur (ITE) ?

Les deux techniques présentent des avantages et des inconvénients.

L’isolation thermique par l’intérieur est possible à toute saison, mais elle est plus contraignante car il faut pousser ou enlever les meubles et vous devrez éviter la pièce concernée le temps des travaux. De plus, l’isolation des murs par l’intérieur à tendance à rogner un peu sur la surface de la pièce. Cependant, cette technique est moins chère qu’une ITE.

L’isolation thermique par l’extérieur est à faire réaliser lors de bonnes conditions climatiques. Elle coûte plus cher et il vous faudra respecter certaines règles administratives du fait de travaux sur la façade de votre maison. A cela, il faut aussi ajouter le coût de la location des échafaudages si vous avez une maison à étage. On préconise souvent pour ceux qui ont besoin de faire un ravalement de façade (obligatoire généralement par tranche de 10 ans), de coupler les travaux d’ITE avec ce ravalement, ce qui réduira considérablement les coûts. Ce type d’isolation ne présente aucun gêne pour les personnes vivant dans le logement.

Estimez votre projet

L’isolation thermique : bien veiller sur la performance et passer par un professionnel

 

Choix d’un professionnel RGE

Quels que soient vos travaux d’isolation thermique, si vous voulez demander des aides financières proposées pour les travaux de rénovation thermique, vous devez vous adresser à des professionnels certifiés RGE (Reconnu Garants de l’Environnement).

Il existe de nombreuses aides pour ce type de travaux et vous pourrez même en cumuler certaines pour faire baisser le coût de la facture globale : dispositif MaPrime Rénov’, Prime Energie, TVA à taux réduit, Eco-Prêt à Taux Zéro (Eco-PTZ), les aides de l’Anah et des collectivités locales…

L’idéal est de faire établir des devis avant les travaux car, pour obtenir certaines aides, vous devrez fournir ces estimatifs (affichage précis et détaillé des travaux et tarifs pratiqués). La précision est importante car l’isolant doit respecter certaines normes et, dans le cas contraire, si vos travaux ne permettent pas d’atteindre un niveau de performance donné, votre demande d’aides pourrait ne pas être validée.

 

Critères importants pour une bonne isolation thermique

Pour qu’un isolant soit performant, il va devoir répondre à un certain nombre de critères.

Estimez votre projet

La Résistance thermique (R)

 

La Résistance thermique, ou valeur R, correspond à la capacité d’un isolant thermique à résister aux flux thermiques. Cette valeur R est exprimée en mètre carré Kelvin par Watt (m².K/W).

Plus R est élevé, plus on va pouvoir dire que le matériau a une bonne capacité d’isolation thermique.

Quelques exemples de valeur R minimale (et pour bénéficier d’aides) pour des travaux d’isolation thermique :

  • 6 m² K/W pour une toiture ;
  • 3,7 m² K/W pour des murs ;
  • 3 m² K/W pour des planchers.
Estimez votre projet

La conductivité thermique : A (LAMBDA)

 

La conductivité thermique va s’exprimer en Watts par mètre par Kelvin (W/m.K). Il s’agit de la quantité de chaleur qui peut traverser un mur de un mètre d’épaisseur et une surface de 1 m².

Cette valeur doit être la plus basse possible, idéalement inférieur à 0,060 W/m.K si l’on a affaire à un bon isolant thermique.

A retenir : pour qu’un isolant thermique soit efficace et pour pouvoir bénéficier des aides financières pour vos travaux d’isolation thermique, il faut conjuguer deux impératifs : une résistance thermique (R) élevée et une conductivité thermique faible.